Finisher de son premier marathon, la machine à café lui vole la vedette !

Dimanche, 5h du matin. L’eau commence à bouillir, un peu à l’image de Laurent, jeune cadre dynamique qui part à l’assaut « du défi d’une vie » : son premier marathon. Une grande plâtrée de pâtes trop cuites qui vient compléter celle engloutie hier en fin d’après-midi dans ce hangar froid de la banlieue parisienne. Entouré de plusieurs centaines de coureurs, Laurent a goûté aux joies de la pasta party, une première. Il raconte : « j’étais comme un gamin dans un magasin de bonbons. Beaucoup de ces marathoniens expérimentés me glissaient des conseils sur la nutrition et l’alimentation. J’espère que ça me servira ». Nullement intimidé, il sait que le plan d’entrainement que son coach personnel lui a concocté (NDLR : un copié/collé d’un plan trouvé son internet) le mènera droit à la médaille de finisher.

7h45
. Après une dernière friction sur ses mollets gonflés par l’adrénaline, Laurent est désormais dans sa bulle et pense à la pause café du lendemain matin. Il sait pertinemment qu’il va assurer le spectacle en expliquant dans les détails sa prouesse qui sera bientôt sienne. Un grand moment en perspective.

Et c’est à ce moment là que je me suis dit « mais qu’est ce que je fais là?! Je serais tellement mieux au bureau à m’occuper de la clôture annuelle! »

7h58. Un dernier geste de la main vers le ciel pour se souvenir de ses longs entraînements en hiver à braver la nuit et le froid, à sacrifier son corps pour ces quelques minutes de gloire où il sera adulé par Marc, du service comptabilité, mais surtout Stéphanie, des ressources humaines.

8h00. Laurent avance vers son destin.

Lolo au firmament

12h43. Laurent est finisher. Il a de nouveau levé les bras. De toute façon il ne pouvait plus lever les jambes. La médaille autour du cou, emballé dans une couverture de survie, il boite pour récupérer ses effets personnels. Mais l’essentiel est ailleurs. Laurent se voit déjà devant la machine à café, au milieu de cette pièce tapissée de moquette et proposant un café ni bon, ni chaud.

 

C’est qui l’patron?!

Lundi, 10h. Pas une minute de retard. Laurent est déjà dans la pièce, la médaille autour du cou. Les jambes sont raides mais le sourire est large.

10h01. Laurent vient tout juste de comprendre pourquoi personne n’est en train de toucher le précieux métal. La machine à café est en panne, ses collègues ont oublié de lui dire.

10h02. Laurent vient se rasseoir sur son grand fauteuil d’un autre temps, aussi usé que ses quadriceps. Convoqué par son directeur, il sait déjà que la fête est finie et que son opération séduction avec Stéphanie des ressources humaines a échoué…

1 725 commentaires

    Fatal error: Allowed memory size of 67108864 bytes exhausted (tried to allocate 3002368 bytes) in /home/content/29/10689729/html/wp-includes/comment-template.php on line 2099